Asset Management

La Gestion d’Actifs

La «gestion d’actifs», sous entendu d’actifs financiers est une activité qui consiste à gérer les capitaux confiés par un investisseur tiers dans le respect des contraintes réglementaires, contractuelles et de commercialisation de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

Le cadre normatif

Plus simplement, l’Asset Management est une société de gestion à qui les particuliers et les entreprises confient leur épargne et trésorerie afin qu’elles soient gérées selon le profil de l’investisseur, dans un cadre contractuel de gestion de portefeuille.

Ainsi, les principaux clients des sociétés de gestion sont :

  • des entreprises privées souhaitant placer leurs excédents de trésorerie
  • des caisses de retraites ou autres organismes privés
  • des institutions financières investissant pour compte propre ou distribuant les OPCVM ou FIA à leurs clients (Retail, banque privée, banque commerciale…)
  • des intermédiaires financiers ou autres réseaux de distribution en partenariat d’affaire sur la gestion patrimoniale de leurs clientèles privées

Le cadre contractuel

Plusieurs types de gestion de portefeuille existent sur le plan juridique :

  • la « gestion sous mandat » : l’investisseur délègue totalement la gestion de son portefeuille au gérant.
  • la « gestion conseillée » : le gérant est force de proposition mais ne peut intervenir directement sur le portefeuille; l’investisseur garde le pouvoir de décision.
  • la « gestion pilotée » : l’investisseur confie ses fonds au gérant pour qu’ils soient gérés selon l’orientation qu’il a préalablement choisie.

Styles de gestion

  • la gestion actions, un gérant qui investit en valeurs mobilières est amené à apprécier le couple rendement/risque de son portefeuille, ainsi que les écarts de risque (tracking error) et de rentabilité par rapport au benchmark.
  • la gestion de produit de taux, le gérant investit principalement en produits obligataires et monétaires. Il est ainsi amené à apprécier la maturité de ses placements (duration), l’évolution des taux d’intérêts (écart de la courbe taux par rapport à la normale) ainsi que la notation de ses obligations corporate.
  • la gestion diversifiée, le gérant est amené à rechercher une optimisation de la diversification du portefeuille en allouant ses fonds sur différentes catégories d’actifs, sur différents secteurs d’activité et différentes zones géographiques. Au-delà des actifs purement financiers, le gérant peut opérer sur les devises, les matières premières, l’immobilier, etc.
  • la gestion alternative, parmi la diversité des réalités qui se cache derrière ce terme, deux principales gestions : le private equity et les gestions de type « spéculatif » (hedge funds).
    • Principalement investi en actions non cotées, le gérant private equity s’attache à la validité économique des sociétés dans lesquelles il investit ainsi qu’aux modalités d’entrée et de sortie du capital de la société.
    • Les hedge funds sont caractérisés par des statuts peu contraignants et un recours quasi-systématique à l’effet de levier, deux points qui les différencient des « mutuals funds » ou des « pension funds ». Pour autant, dans leur grande majorité, les « hedge funds » sont des investisseurs « long only » c’est-à-dire n’ayant pas recours à la vente à découvert et dont l’horizon d’investissement se situe entre 2 et 5 ans, ce qui les rapprochent de ces types d’investisseurs. Il n’en reste pas moins que certains « hedge funds » s’autorisent la vente à découvert et vivent d’opérations d’arbitrage à court terme et parfois utilisent des produits dérivés. Ils contribuent par ce moyen à la liquidité des marchés même s’ils ont tendance à augmenter la volatilité des cours.

Ces informations vous sont fournies par des liens hypertextes autorisés du site de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) en toute transparence afin de valoriser l’image de la Bourse et de veiller à la bonne protection de l’épargne.